Hypocrisie : un mal francophone ?

Nous les francophones avons un grand attachement au “bien paraître” , nous sommes éduqués à nous voir dans l’œil de l’autre et on nous apprend que l’autre doit bien nous voir, nous devons séduire l’autre en affichant un comportement, un style vestimentaire, un langage exempt de tout reproche.

Et c’est une très bonne chose car nous avons réussi à construire une société ou plutôt des sociétés où la bonne moralité est le partage de tous. Nous avons tous conscience de l’importance de la bienséance et de la vie sinon l’avis de l’autre.

Mais le problème est qu’en réalité aucun humain n’est parfait, aucun humain n’est bien sous toutes les coutures mais encore plus “le bien” tel que conceptualiser dans nos sociétés francophones souffre d’une rigidité inhumaine alors que l’humain est flexible.

Pour exemple dans nos sociétés francophones l’on a décidé que Avocat est un métier “noble” et que locks est une coiffure “vulgaire” de ce fait il est inadmissible ici qu’un avocat soit locksé !!!

(et je ne parle pas particulièrement du rapport chaotique entretenu avec les cheveux crépus)

La personne qui veut être avocate et en même temps veut des locks aura certainement un cas de conscience, elle va s’interroger sur la concordance entre ses deux amours et il y a de fortes chances qu’elle mette de côté son amour esthétique, son envie de locks, afin de correspondre au standard puisque comme j’ai dit plus haut, nous sommes attachés au “bien paraître”.

Plutôt que d’être nous-mêmes pleinement, nous faisons semblant. Au lieu d’être, nous paraissons cela n’a aucun rapport avec le fait que nous soyons paresseux, c’est un autre débat mais voilà un peu…

C’est ainsi que nous faisons semblant d’être pudiques, nous faisons semblant de ne pas être cupides, nous faisons semblant d’être des personnes de bonne moralité.

Mais alors que nous-mêmes faisons semblant, nous jugeons les autres, nous réprimandons ceux qui osent sortir du lot, ceux qui osent être eux-mêmes, ceux qui ne font pas semblant car nous considérons cela comme un affront.

Oui, comment peuvent-ils oser montrer qu’ils sont cupides alors que nous faisons tous l’effort de paraître désintéressés, comment peuvent-ils oser se montrer impudique alors que nous faisons tous l’effort de vivre dans la pudicité, qui sont-ils pour sortir du lot, pour se démarquer ?

Les sanctions sociales s’abattent alors sur ces personnes, exemple cet avocat qui sait extrêmement bien faire son travail mais ne reçoit aucune opportunité simplement parce qu’il a décidé de garder ses locks.

Je suis sûr que dans toutes les sociétés humaines il y a des diktats qui font que les individus ne peuvent pas exister à l’intérieur du groupe sans en suivre les codes au risque d’en être exclu sauf que je remarque que nous sommes beaucoup plus hypocrites en francophonie sur des détails dont l’impact social est minime sinon nul.

Que risque une personne en étant défendue par un avocat locksé ? Quel est le problème avec les locks ? Ou c’est l’avocature le problème ?

Rendons nous compte que nous sommes gênés de parler argent, d’afficher nos ambitions, nos réalisations au risque de paraître vaniteux !

Pourtant l’argent est au centre de nos rapports sociaux quotidiens, nos ambitions sont des moteurs précieux et nos réalisations sont les plus belles récompenses en notre possession et un très gros lègue à l’humanité alors pourquoi s’en cacher ? Pourquoi faire semblant d’être désintéressé par l’argent ? Pourquoi chuchoter ses ambitions ?

À quoi bon vivre si c’est pour être en permanence en compétition avec nous-mêmes car nos vies intérieures sont radicalement différentes de nos vies extérieures ?

Évidemment ceci n’est pas un constat général d’une société en souffrance composée de clones qui se toisent les uns les autres pour constater lequel tente de se détourner de la norme.

Ceci est peut-être simplement la projection d’un mal-être personnel, l’extériorisation d’une vie de fausses apparences nourrie par un désir de correspondre au modèle social présenté mais j’avais peut-être pas compris qu’il n’y avait aucune obligation à suivre le modèle, je peux certainement être qui je veux puisque tout est permis même si tout n’est pas utile.

Est-ce utile pour un avocat d’avoir des locks ? Certainement pas, mais l’humain qui exerce le métier d’avocat y trouve une utilité esthétique alors il peut se permettre d’arborer fièrement ses locks. C’est ainsi qu’on trouve des compromis entre soi-même et la société.

Je me perds peut-être dans cette longue lettre que j’écris à moi-même en espérant que quiconque me lira y trouvera un peu de lui et une réponse à un doute qui jusqu’à présent semblait insolvable et surtout éternel.

Je demeure convaincu que nous pouvons et devons être nous-mêmes, que chacun soit lui afin que luise nos étoiles intérieures et que planète s’éclaire avant que planète éclate parce que vérité éclore.

Mémo : mes mots sont un remède à mes maux, je m’aime oh.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s