Je bande donc je suis.

Le 02 Juin 2021, j’ai eu 25 ans et je me rends compte que ça fait 25 ans que je vis avec un pénis ! Je pense sincèrement que c’est un exploit, oui je suis sérieux, c’est un exploit parce que j’ai vécu plus de la moitié de ma vie sans comprendre cette partie de mon corps tout en étant défini par elle. Etonnant n’est-ce pas ?

En effet en tant qu’homme, mon appareil génital n’est pas juste un organe mais aussi un élément justificatif de ma place dans la société, j’ai très tôt compris qu’avoir cette merveille entre les jambes me donnait des droits et des devoirs auxquels je ne pouvais échapper cependant j’ai longtemps ignoré tout ce qu’il fallait savoir sur cette partie de mon corps, je pense que je me suis posé beaucoup plus de questions sur Dieu que sur mon pénis pas parce que Dieu est plus important (ce qui aurait été normal) mais parce que contrairement à Dieu, je prenais pour acquis, pour vrai, tout ce que les autres me disaient sur l’appareil génital masculin. Etonnant n’est-ce pas ?

J’ai compris que la présence du pénis entre mes jambes me donnait des droits et des devoirs lorsqu’en 2003, j’assistais de façon proche et lointaine (difficile à expliquer, ça mérite tout un article) à une cérémonie de circoncision des Bakouélés, un peuple de la Sangha au Congo Brazzaville, dans la ville de Ouesso.

Chez eux cette cérémonie s’appelle béka et se pratique sur les garçons à la puberté, il ne s’agissait pas simplement d’ôter le prépuce, il s’agissait d’apprendre à être un homme, pendant plusieurs jours les futurs circoncis suivaient une initiation longues et douloureuses (de ce que je voyais) dans les bois en périphérie de la ville, le fils de nos voisins étaient l’un des futurs circoncis, il avait 12 ou 13 ans.

J’étais un enfant mais je comprenais très bien les enjeux de cette pratique, l’atmosphère dans la ville était tellement pesante que nul ne pouvait faire semblant d’ignorer ou de ne pas comprendre ce qui se passait, ce qui se jouait.

A la fin de l’initiation, la circoncision en elle-même se faisait au milieu d’un grand espace qui servait de lieu de célébration et de terrain de football, tout le monde était convié à assister à l’événement. Les futurs circoncis avaient obligation de ne montrer aucun signe d’inconfort par rapport à la douleur, celui qui allait en montrer verrait sa circoncision considéré comme nulle et sera mis en marge de la société. Les vaillants qui allaient garder la tête haute, auraient droit de se marier et vivre pleinement dans la société en bénéficiant des privilèges dus aux hommes.

Quelques années plus tard, j’ai retrouvé cette même cérémonie à quelques différences très significatives dans la première partie de la série Racines (Roots), lorsque Kunta Kinté a été lui aussi être circoncis. Ces expériences m’ont fait comprendre ce qu’est la virilité dans le sens le plus basique du terme.

La virilité voit sa définition, sa compréhension, évolué dans le temps et dans l’espace mais une chose demeure constante c’est l’érection. En vrai la virilité commence par une érection, un homme viril c’est un homme capable d’avoir une érection. Peu importe son physique, son intelligence, son intégrité, un homme peut manquer de toutes les caractéristiques sociales qui définissent selon une société X ce qu’est la virilité, tant qu’il bande, tout va bien.

Alors le premier défi en tant qu’homme, ce n’est pas d’être courageux, honorable etc, non le premier défi s’est d’être capable de bander.

C’est pourquoi dans certaines traditions africaines, il y a une pratique qui consiste à sucer ou caresser le pénis du nourrisson afin de s’assurer de lui donner de la vigueur, afin de constater qu’il est vigoureux. (Coucou à ceux qui ont découvert cette pratique en Mai 2021 sur Twitter ou Facebook.)

Perso, j’ai très vite vérifié tout seul si j’étais capable de bander et le test a été positif mais je ne savais pas que j’étais encore au début de l’effort.

Bander c’est bien mais ce n’est pas tout car la virilité c’est aussi la puissance, notamment la puissance sexuelle. Il ne suffit pas de bander, il faut être performant au cours des rapports sexuels et c’est là qu’intervient la question de la taille de l’engin.

D’ailleurs…

« Est-ce que la taille compte ? »

Je n’ai aucune statistique mais je suis sûr que la réponse à cette question inquiète plus les hommes que celle de savoir s’ils seront de bons époux et pères, ou de savoir si Dieu existe, bon je vais parler uniquement pour moi.

Je ne sais plus à quand remonte mon complexe, ma honte, par rapport à la taille de mon pénis mais à cette question particulière j’ai toujours pensé que « oui, la taille compte » et que « non, mon pénis n’a pas la taille qu’il faut. »

Ce complexe s’est cristallisé en 4ème lorsqu’un ami a fièrement sorti son pénis devant moi pour se masturber, j’ai été marqué par cet événement, son pénis était exactement comme ce que me laissaient penser les gens qui faisaient les éloges des gros pénis, bien grand, bien long, bien dur et tout noir ! Sans oublier les longues veines apparentes sur le tronc du machin, jééééésus !

Son pénis était devenu tel un objectif inatteignable, sans être en érection il faisait déjà quatre fois la taille du mien, c’était une révélation. Avant cet événement je m’intéressais aux différentes astuces pour avoir un grand pénis, je ne les utilisais pas parce que je n’avais pas suffisamment de courage pour aller au bout de la démarche mais je m’informais beaucoup sur le sujet. Sauf qu’en voyant son pénis, j’ai compris que c’était un objectif inutile, que je n’avais pas à chercher à en avoir une grosse, que c’était impossible, que je devais me contenter de celui que j’avais au risque de décevoir les femmes.

Rappelons qu’avant la quatrième, j’avais déjà eu des rapports sexuels mais c’était toujours dans des situations incongrues flirtant avec l’abus sexuel sur ma personne, je n’avais jamais encore fait la démarche de séduire une femme pour construire une relation ou juste avoir une partie de jambe en l’air.

Dans mes relations sexuelles qui suivirent, je refusais de me tenir nu devant une femme tant que je n’étais pas en érection et même lorsque j’étais en érection, je ne laissais pas la fille regarder mon engin ou le toucher. J’avais honte de mon corps, de ma nudité, de moi. Aussi, je ne m’inquiétais pas de mes performances parce que j’avais déjà intégré que je n’étais pas performant.

Voilà, il était inutile de compter sur moi !

Toutefois au grès des rencontres et de la réciprocité des sentiments, pas forcément amoureux, juste le feeling émotionnel avant-pendant-et-après l’acte m’a fait me rendre compte qu’il fallait quand-même un minimum de participation à cette entreprise pour le plaisir de l’autre, de nous deux, puisque moi-même à vrai dire ne prenais aucun plaisir.

Même ma fidèle amie, la masturbation, ne pouvait pas m’apporter le seizième du quart de ce que je voulais ressentir, je n’étais pas frustré sexuellement, j’étais résigné à ne pas faire-espérer-obtenir plus.

Considérant mon pénis comme incapable de m’apporter le meilleur de moi-même, je me suis alors tourné vers des méthodes un peu plus participatives, j’ai commencé à me construire une sexualité nonphallocentrée.

La sexualité phallocentrée est celle qui débute par une pénétration et se termine par une éjaculation, c’est le coït. Cette sexualité tournant autour des capacités physiques masculines, des compétences masculines, n’est absolument pas pour moi. Cette sexualité qui veut que l’homme ait un pénis large, soit endurant et bien d’autres attributs lui permettant de faire la démonstration de sa virilité, ne me convenait pas.

Je me suis tourné vers une sexualité centrée sur le ressenti de chaque partenaire, celle du sensationnelle. En fait ma sexualité c’est celle qu’on appelle communément préliminaire mais les vielles habitudes ayant la peau dure, j’avais du mal à pleinement vivre cette forme de sexualité car les femmes que je rencontrais étaient toutes dans la logique du coït…

Avant même le coronavirus, j’ai eu plus de rapports sexuels au téléphone qu’en présentiel et ça a été magique à chaque fois !

Au-delà de la sexualité, ma relation avec mon pénis m’a aussi conduit vers un questionnement des rôles sociaux puisque c’est à cause ou grâce de/à lui que pèse sur moi le poids d’une masculinité dans un système patriarcal, une masculinité de domination.

Et nous aurons pleinement le temps de converser à ce propos dans d’autres articles certainement.

Alors on fait le bilan !

Malgré toutes mes interrogations, toutes mes remises en question, je demeure à ce jour mal informé, sous informé sur cet outil qu’est le pénis.

J’ignore encore l’ensemble des maladies dont pourraient souffrir cette partie de mon corps sachant qu’au primaire j’ai eu une chaude pisse, c’est assez inquiétant que je ne sois jamais allé voir un urologue, d’ailleurs combien d’hommes sont déjà allés en voir un, combien savent ce qu’est un urologue et j’irai même plus loin est-ce que réellement il y a des gens qui sont diplômés dans ce domaine ?

Je m’intéresse beaucoup au genre de père que je veux être mais je ne sais même pas si je suis capable de procréer, après tout l’appareil génital sert d’abord à générer des bébés et tout comme l’on prend pour acquis sa capacité à performer pendant un rapport sexuel car penser le contraire suppose ne pas croire en sa propre virilité, l’homme prend aussi pour acquis sa capacité à procréer, c’est pourquoi lorsqu’après un mariage les grossesses et naissances ne s’enchaînent pas, les accusations se déchaînent sur les épouses…

Je continue de m’interroger sur mon corps et d’améliorer mes rapports conflictuelles avec cette partie importante de mon corps, aussi importante que toutes les autres. Ce cheminement, je pense devrait être fait concernant toutes les parties de nos corps et j’espère pouvoir aller au bout de cette démarche.

Aujourd’hui, après 25 ans de vie avec mon pénis, j’ai appris qu’il était un pénis de sang, j’ai appris à le nettoyer convenablement, j’ai appris à le traiter avec délicatesse, j’ai appris à ne pas le considérer un outil de création, j’ai appris à l’aimer et le chérir dans les limites de ce dont il est capable et disposé à m’offrir, j’ai appris qu’il existe des méthodes contraceptives pour homme et je suis prêt à les essayer.

Aujourd’hui je n’ai plus aucun complexe par rapport à mon pénis, par rapport à mon corps, je me suis même déjà surpris à envoyer des nudes de moi sans érection, j’aime être regardé, j’aime que l’autre admire mon corps svelte, dans toute sa maigreur, qu’elle pose ses yeux sur ma banane et qu’elle décide s’il est à son goût ou pas.

Je me sens tellement libre.

Chacun vit sa sexualité comme il veut mais je voudrais inviter tous les mecs qui se sentent mal de ne pas être sexuellement à la hauteur à se déculpabiliser, n’oubliez pas qu’aucun d’entre n’est né avec la capacité de savoir bien faire l’amour, nous sommes tous des apprentis et même lorsqu’on a des années de pratique derrière soi, chaque rapport sexuel est une nouvelle expérience, une découverte, un apprentissage alors ayez à l’esprit que vous y allez pour apprendre et vous amusez.

Que la trique soit avec vous !


P.S : En 2010, Paul MEKANN BOUV-HEZ a écrit un livre sur son expérience de la circoncision, je n’ai pas lu le livre mais je vous le recommande quand même. Le livre s’intitule « La circoncision chez les bakouélés du Congo Brazzaville » (D’ailleurs c’est grâce au titre que j’ai su le nom de l’ethnie sinon en vrai je ne savais pas, je pensais que c’était des Mboshis lol.)

P.S.S : En parlant de sexe, j’ai écrit 3 livres érotiques que je vous invite à commander ici.

Une réponse sur “Je bande donc je suis.”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s